08 mai 2007

A fasciste, fasciste et demi.

J’ai, comme beaucoup de français, été élevé dans un milieu de lutte contre le fascisme le nazisme et le racisme. Le poids de l’histoire certes lointaine, était là, et inconsciemment nous avons entériné cette mission : Le prochain Hitler, le prochain Pétain nous devrons le voir le trouver, le croire quand il annonce le pire, et surtout l’empêcher d’agir. Car nous vivons avec cette certitude, les peuples les ont suivis, et pour l’essentiel pas par la contrainte, et personne ne peut raisonnablement savoir ce qu’il aurait fait ou penser à cette époque.

Mais cette mission si elle veut rester juste et digne se doit de ne pas se tromper, de ne pas voir du racisme partout, un fasciste partout.

Comme beaucoup j’ai lu, des articles, des pamphlets, commentaires de gens angoissés, sincèrement ou par calcul, par Nicolas Sarkozy. Avec cette éducation, on ne peut pas ne pas se poser de question, ne pas la creuser. Je ne reviendrais pas dessus, mais j’ai lu les textes incriminés, j’ai écouté les discours qu’on accuse de tous les mots, et pourtant je n’ai rien vu. Rien qui fasse écho au fascisme au nazisme, certes il y a des choses que je n’approuve pas, mais c’est le jeu normal, certes il y a une logique électorale et certains entretiennent la peur par calcul. Mais si c’était vrai ?

On m’explique ensuite, qu’il ne faut pas lire les mots, mais lire entre les mots, à la lueur de telle ou telle idéologie ou telle ou telle analyse. Et là, je m’interroge, non pas sur le texte mais sur mon interlocuteur. Lui aussi à été élevée dans la crainte du fasciste et du raciste, il a peut-être même été élevé dans une certaine haine de la droite.

Et je m’inquiète maintenant, s’il était né, si j’étais né il y a 100 ans, si nous avions été élevé dans la peur du juif, ne serions-nous pas en train de chercher entre les lignes de telle ou telle personnalité juive les signes évidents de sa compromission et du danger quelle représente pour la nation ? Je vois tel article ou telle personne « décryptant » un discours de Sarkozy, et j’imagine brutalement cette même personne « décryptant » le discours d’un juif avec des arguments tout aussi invérifiables.

Alors l’argument se retourne, ceux qui accusent les électeurs de Sarkozy, n’aurait-ils pas eux, dans d’autres temps, d’autres conditions, d’autres éducations suivi ceux là même qu’ils condamnent ?

Alors modérons-nous, car si l’anti-fascisme, l’anti-racisme, l’anti-nazisme doit garder une vigilance, il ne doit surtout pas se compromettre dans l’accusation à tord. Avant de combattre le fasciste qui sommeil en l’autre, sachons repérer celui qui sommeil en soit.

Posté par etarcomed à 02:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur A fasciste, fasciste et demi.

Nouveau commentaire